samedi 23 février 2008

Pour bien appliquer les onguents Tradition

Les onguents Tradition s'appliquent tout simplement avec le doigt, sur des pieds propres et secs.
On les passe sur toute la boite cornée, c'est à dire :


  • paroi,
  • sole,
  • barres,
  • fourchette,
  • glomes.
  • Sur la couronne également, mais pas en insistant comme c'est préconisé habituellement : voir la page "précautions d'emploi".

6 ici, du n°1



Comme pour une crème de beauté, on procède par de légers mouvements circulaires qui ont pour effet de favoriser la pénétration instantanée des onguents, comme on le voit ici : il s'agit d'une première application sur des pieds qui n'avaient encore jamais reçu de ces onguents.

Si on préfère, on peut, bien sûr, utiliser des gants, une brosse, un chiffon, etc ... Mais à l'usage, il semble que le doigt, ganté ou nu, soit le meilleur outil ! En outre, il renseigne sur l'évolution de la corne, ce qui est précieux.

Il suffira ensuite de se laver les mains à l'eau savonneuse.

Sur la photo du haut, on remarque que l'onguent n°1 est plus épais : il va donc pénétrer plus progressivement dans la corne que le n°3 qui lui, pénètre immédiatement comme on le voit sur cette photo 6


En revanche, ni l'un ni l'autre ne "glisse" sur la paroi.

S'il s'avérait que lors de la première application, ces onguents "glissaient" sur la paroi , au lieu de pénétrer, il faudrait s'inquiéter de savoir si un autre onguent n'a pas été utilisé sur ce pied, même longtemps auparavant.
----------
En effet, certains autres produits du commerce laissent un film étanche à l'intérieur de la paroi ce qui a pour effet d'empêcher la pénétration des onguents Tradition, et donc leur action : si c'était le cas, il faudrait suspendre les soins avec nos onguents, et procéder à un ou plusieurs lessivages des pieds, comme indiqué plus loin, afin d'éliminer toute trace du précédent produit utilisé.
-----------
Ceci est très important, car si le cas se produisait, et si vous insistiez sans procéder à ce (ou ces - si besoin) lessivage(s) préliminaire(s), les onguents Tradition pourraient rester complètement inopérants, sans que leur efficacité puisse cependant être remise en cause !
---------
La seule façon pour savoir si vous avez ou non complètement éliminé un éventuel "film" laissé par le produit précédent est le test suivant : avec environ gros comme une lentille d'onguent n° 1 ou n°3, vous massez le pied de votre cheval (toujours propre et sec) : si cette "lentille" disparait dans la corne, comme du beurre qui serait frotté sur les pages d'un livre, alors c'est bon, vous pouvez continuer. Si elle glisse, il faut refaire un "lessivage" du pied.
-------------

Comment lessiver les pieds de son cheval, si nécessaire ?
------------

Le plus simple est d'utiliser de la lessive Saint Marc dans de l'eau aussi chaude que possible pour ne pas brûler, bien sûr, ni le cheval ni le soigneur !

Le dosage retenu sera celui des forts décapages : 6



On l'appliquera soigneusement, et avec insistance, sur toute la paroi, ainsi que sous le pied : sole, fourchette, etc ... 6



Puis on prendra soin de bien rincer, toujours la paroi, la sole, etc ... 6




Si on préfère, ou si la lessive St Marc n'est pas efficace contre les résidus du produit précédemment utilisé sur ce cheval, on peut essayer l'alcool à brûler, comme ci-après, ou l'acétone, etc ... 6





Mais une chose reste primordiale,
c'est qu'avant toute application d'un onguent Tradition,
les pieds doivent être propres et secs.
---------
Une amie cavalière nous a montré de quelle excellente façon elle agissait pour que son cheval ait les pieds propres :
Lorsque son cheval a les pieds dans cet état ... 6



Elle commence, bien sûr, par enlever le plus gros avec le cure-pied ... 6




En insistant bien dans les lacunes , jusqu'à enlever le maximum de terre, débris, etc ... 6




Un coup de jet, ensuite, dessus et dessous, toujours ... 6




Enfin quelques coups de brosse, pour finir de décoller ce qui restait accroché, un dernier rinçage, éventuellement, et voilà notre pied tout propre ... 6
---
---
On le laissera complètement sécher avant de lui appliquer l'onguent ...
--------
Cela peut paraître fastidieux, mais si le pied n'est pas propre, cela revient à appliquer les onguents sur la terre, sable, etc qui salissent le pied, et cela en fait autant qui ne servirait pas au cheval ! ...

(pour information, précisons que ce pied n'a encore jamais reçu d'onguents Tradition : on remarque qu'il a les talons qui se ferment, malgré la garniture, tentative du maréchal pour les écarter : l'usage des onguents Tradition permettra d'y remédier ).

© Copyright Catherine Castel

Combien ça coûte ?

Combien ça coûte à l'usage ? En bref :
  • Pour désencasteler très rapidement 1 pied : 36,50 à 86,50 € d'Onguents Tradition, + ferrure(s) adaptée(s)
  • Pour un excellent entretien : 2,6 à 11 € d'Onguent Tradition (utilisé seul impérativement) par mois et par cheval, avec gain de temps.
Un bilan sur la durée (5 ans) :
  • SF, entre 22 et 27 ans, pré et rentré la nuit en box paillé, en région lyonnaise : chaud et sec l'été, assez froid l'hiver.
  • acheté à 16 ans à un club, pour lui éviter la boucherie, "chouchouté" par sa propriétaire
  • pieds sensibles au début
  • ferré des deux antérieurs, chausse du 3 ou du 4
L'usage du n° 3 a été adapté au cheval et selon les saisons : intense au début, puis en période très chaude ou de gel, et modéré entre temps.
Son maréchal a déclaré que c'était le seul cheval de toute sa clientèle qui n'avait pas les pieds secs, à la fin d'un été particulièrement chaud au cours de ces 5 ans .
On notera également que le cheval a rapidement gagné des pieds très sains, avec une bonne avalure, et cessé de montrer la sensibilité qu'il avait au début.
Récemment, il a été laissé pieds nus (il a maintenant plus de 30 ans). Cela n'a apporté aucune modification dans son comportement ni dans ses allures : l'entretien par le n°3 ayant été maintenu, on constate que la qualité de la corne avait permis qu'il ne soit pas gêné par les fers, avant, et a fait ensuite qu'il supporte la transition sans aucun problème.
Pendant les 5 années prises pour ce bilan, l'onguent n°3 avait, bien sûr, été employé seul.
La consommation totale a été de 2 litres et 250 cc.
Le prix de revient moyen par mois pour l'entretien de ce cheval est donc (selon si l'onguent n°3 est acheté par pots de) :
  • 250 cc : 23 € x 9 pots / 60 mois = 3,45 € /mois
  • 500 cc : 42 € x 4.5 pots / 60 mois = 3,15 € /mois
  • 1 l : 76,25 € x 2,25 pots / 60 mois = 2,86 € /mois
  • 5 l : 359,50 € x (2,25/5) pot / 60 mois = 2,70 € / mois
TARIFS T.T.C. au 1er janvier 2017
Onguent TRADITION n° 1 et onguent TRADITION n° 4
  • pot 30 cc : 14 €
  • pot 60 cc : 23,00 €
  • pot 100 cc : 36,50 €
  • pot 250 cc : 86,50 €
  • pot 500 cc : 157,50 €
Onguent TRADITION n°3
  • pot 250 cc : 23,00 €
  • pot 500 cc : 42,00 €
  • pot 1 litre : 76,25 €
  • seau 5 litres : 359,50 €
Frais de port
(Envoi simple - pour d'autres modalités, nous contacte) :
  • jusqu'à 100 cc : 5,50 €
  • 110 cc à 350 cc : 6,30 €
  • 360 cc à 550 cc : 7,10 €
  • 560 cc à 750 cc : 7,75 €
  • 760 cc à 1,6 litres : 8,80 €
  • 1,61 à 4 litres : 12,35
  • 4,01 à 8,5 litres : 18,50 €
Franco de port à partir de 720 € TTC

Les expéditions sont faites dans les 24 h suivant la réception de la commande.

Fréquemment en déplacement, nous vous sommes reconnaissants de ne nous contacter que par email, à l'adresse catherine.castel@free.fr ou catherine.castel@onguents-tradition.fr . Si vous souhaitez un contact par courrier ou téléphone, nous vous communiquerons par mail l'adresse et le numéro de téléphone où nous serons joignables à ce moment-là. Merci de votre compréhension.

Vous pouvez également nous interroger pour déterminer les besoins, selon les cas : nous nous ferons un plaisir de vous renseigner.

© Copyright Catherine Castel

lundi 18 février 2008

Il trotte bien, mais si vous saviez ... (3ème étape )

-suite de la page "Il trotte bien, mais si vous saviez ... (2ème étape) " -

6 16.12.93 - photo 19. Antérieur droit
7 jours après la photo précédente, la garniture est pratiquement couverte !!!

Le cheval se met spontanément au trot (sur route). Il est gai, joueur ... et ... CARRÉ.
On relève la ferrure pour élargir les fers : cette photo a été prise juste avant de déferrer.







3 Ph. 17 - extrait - 9.12.93












4 Ph. 19 - extrait - 16.12.93



Entre ces deux photos : 7 jours !
En comparant les agrandissements du même détail, on voit bien que toute la paroi, à partir du dernier clou s'est considérablement écartée jusqu'à couvrir quasiment la garniture !


Le pantouflage a rempli son office : les forces d'écartement qu'il a créées se sont ajoutées à la poussée de l'intérieur du pied pour élargir la sole et écarter la paroi.


ATTENTION !

Ceci pour les "petits malins" qui penseraient pouvoir obtenir les mêmes résultats en faisant les mêmes gestes de maréchalerie, mais sans utiliser les onguents "TRADITION" : ils feraient courir un grave danger à leur cheval.
  • On assouplit, d'ABORD
  • On façonne, ENSUITE .
  • Sinon, on CASSE TOUT !

5 16.12.93 . La sole s'est un peu comblée (voir ph. du 9.12) . La corne a poussé même en épaisseur.

6 16.12.93 . La corne est souple et se travaille facilement. Le maréchal amincit à nouveau la partie arrière de la sole et les talons. (ph. 21, antérieur droit)






4 En examinant ce détail de la photo 21, on remarque l'épaisseur du copeau de corne que le maréchal s'apprête à enlever : environ 4 mm .



Une telle épaisseur est remarquable à plus d'un titre :

  • ceci est le premier copeau : la pousse en épaisseur a donc été supérieure à 4 mm, pourtant le précédent parage "à la rosée" n'a été fait que 7 jours auparavant (ph. 11)
  • l'outil pénètre facilement à la main : la corne se travaille bien
  • le copeau, bien qu'épais, ne se casse pas : la corne est souple


6 16.12.93 -Pied prêt à être referré (antérieur droit).


On va remettre les mêmes fers, mais élargis d'environ 1 cm en talons. Toujours brochés avec 4 clous ... Une importante garniture a été redonnée.

Onguent n° 1, 2 fois par jour, sauf sur la zone brochée, où on le remplace par l'onguent n° 3. Travail léger pas et trot, piste et route, en augmentant progressivement. Relevage dès que la garniture sera recouverte, et ainsi de suite, jusqu'à ce que le cheval retrouve véritablement ses pieds.

2 mois après le début des soins, regardez-le trotter


6 25.01.94 , photo 23


Ci-dessous, quelques éléments de comparaison :



5 27.11.93 - Antérieur droit
6 16.12.93 - le même pied

Entre ces deux photos : 19 jours : + 1 cm en talons


5 9.12.93 , Antérieur droit
6 16.12.93 , le même pied :

Entre ces deux photos : 7 jours :

Elargissement de 4 mm en quartiers !




5 27.11.93 - Antérieur droit
6 16.12.93 - le même pied
Entre ces deux photos : 19 jours
Les glomes s'écartent, la corne change de texture



Pendant ces deux mois de remise en état, pour arriver à ce résultat, il a fallu

  • 1 déferrage avec parage
  • 1 ferrage
  • 4 relevages
  • environ 750 cc d'onguent Tradition n°1
  • environ 250 cc d'onguent Tradition n°3
  • l'assiduité du palefrenier-soigneur
  • l'ouverture d'esprit et la bonne entente de tous les participants : propriétaire, entraîneur, vétérinaire, maréchal-ferrant, palefrenier, ainsi que de tous les autres membres de cette écurie.


© Copyright Catherine Castel

dimanche 17 février 2008

Ajusture et pantouflage

AJUSTURE d'un fer à cheval : il s'agit d'une forme que l'on donne par forgeage à la voûte du fer, en pince, de façon à ce que la sole ne puisse pas toucher l'angle du fer, même lorsque le cheval est en mouvement, et que la sole joue sous l'effet de la charge. (voir photo et schéma plus loin)

VOUTE d'un fer à cheval : face supérieure du fer, en contact avec le dessous du sabot.

ETAMPURES : trous rectangulaires coniques pratiqués dans le fer et par où passent les clous.

BROCHER : faire pénétrer un clou dans la corne d'un sabot pour fixer un fer

EPONGE : partie arrière de chaque branche d'un fer, recevant les talons du sabot. Les éponges sont situées après les dernières étampures.

PANTOUFLAGE : pente donnée à la voûte d'un fer (vers l'extérieur de la branche) . En général, elle est limitée aux éponges et reste très légère. On ne broche pas dans la zone pantouflée, car le pantouflage est destiné à faire glisser la paroi (le plus souvent limitée à celle des talons) vers l'extérieur, pour agrandir le pied, et le clou ferait obstacle à cet élargissement ce qui provoquerait une gêne, voire des dégâts sur la corne.





5 analyse de la photo n° 13 parue sur la page "Il trotte bien , mais si vous saviez... (2ème étape) " : vue de la voûte d'un fer antérieur.
  • en rouge : les zones pantouflées
  • en vert : la zone où a été pratiquée l'ajusture anglaise
  • en jaune : une étampure

Coupe schématique de la pince d'un pied ferré avec une ajusture anglaise : 4

  • en rouge : le pinçon
  • zone hachurée : la section du fer
  • en vert : la forme de la voûte caractéristique de l'ajusture anglaise, obtenue par forgeage.


5 Schéma d'un pied ferré avec un fer pantouflé et de la garniture, vu des talons

en ocre : la section des deux branches du fer.



© Copyright Catherine Castel

Cherche pieds à problèmes pour soins et photos

Pour faire savoir que les Onguents TRADITION sont de retour, je ne sais trop comment faire.

J'ai laissé une annonce sur le site de Cheval Rhône Alpes :

http://www.cheval-rhone-alpes.com/annonces/index.php4?action=cherche&cat=7&dept=01

J'ai dit que je cherchais des Pieds à problèmes pour soins et photos, et c'est vrai , car je n'ai pas eu la présence d'esprit de photographier tous les cas que j'ai rencontrés, et je sais que cela vous intéresserait !

Par quels relais pensez-vous que je devrais me faire connaître ?... "

Quel sont les cas que vous aimeriez que je traite en premier ?


© Copyright Catherine Castel

lundi 11 février 2008

Il trotte bien, mais si vous saviez ... ( 2ème étape)

- suite de la 1ère étape -

Nous retrouvons notre trotteur 12 jours plus tard, le 9.12.93 (Photo n°8) 6




La corne a changé d'aspect.

On distingue un léger «bombé» à mi-hauteur de la paroi sur tout le pied (et sur les 4) montrant bien que le pied a profité de l'assouplissement de la corne pour se donner plus de place.

Le cheval marque encore un peu de l'antérieur droit, mais plus du tout du postérieur droit, ni des autres pieds.


5 Antérieur droit : on voit nettement le «bombé » à mi-hauteur de la paroi. (9.12.93)
6 même pied : sur la pince également, c'est visible. (9.12.93)


Que s'est-il passé pour que la paroi présente ce léger «bombé », comme on le voit sur ces trois photos ? 4ici agrandissement d'un détail de la photo n°8 (antérieur droit)

Sous l'action des Onguents TRADITION, la corne retrouve son élasticité.

Les parties internes du pied peuvent alors agir sur elle afin de se faire plus de place :

Le sabot se trouve agrandi de l'intérieur.

Au début, ce résultat est plus marqué sur la paroi que sur le fond car la zone du bas est plus lente à s'assouplir. En quelque sorte, le sabot après avoir été comme un «tuyau », commence à se mettre en «tonneau ».

Ensuite, nous le verrons plus tard, la sole va également se prêter, et nous allons en mesurer l'élargissement.



5 9.12.93. Le maréchal-ferrant a procédé à un nouveau parage intensif comme le 27.11. 93. Malgré la proximité de ces deux dates, il a dû enlever beaucoup de corne, indiquant une forte pousse de la sole en épaiseur.

  • 12 jours seulement se sont écoulés entre les deux parages

  • la pousse de la corne en épaisseur a pourtant été très abondante et a nécessité un nouveau parage minutieux

  • une grande différence cependant avec le précédent : cette fois-ci la corne se travaille beaucoup plus facilement. Elle est veloutée, et le sabot est moins rigide : on arrive, à la main, à faire un peu «jouer» les talons.

    12 jours d'emmaillotement des pieds avec des applications fréquentes d'Onguent TRADITION n°1 les ont bien préparés à être ferrés :

Ils ont acquis une souplesse suffisante pour pouvoir être ferrés sans danger avec des fers pantouflés.






5 après forgeage, finition des fers à la meuleuse. 9.12.93

6 Fer terminé : Ajusture en pince, et pantouflage des éponges remontant assez loin en quartiers



6 Vue de profil du même fer : on voit le pantouflage qui démarre à la 3ème étampure.


6 Vue de dos du même fer.


Le pantouflage est fort accentué sur les éponges. Un tel pantouflage a été rendu possible uniquement parce que l'Onguent TRADITION n°1 a donné assez de souplesse à la corne.


Un tel ferrage serait dangereux sans l'assouplissement important obtenu par l'ONGUENT TRADITION n°1

6Brochage avec 4 clous seulement par pied (1ère et 3ème étampures).

Clous n°0 brochés assez bas pour ne pas brider le pied. (ph. n°16)





4détail de la photo précédente :



on notera l'emplacement des 4 clous : très près de la pince afin de laisser un maximum de la paroi libre de s'écarter.







5 vue de face des 2 antérieurs. (ph. 17)

Garniture importante laissée à partir du dernier clou broché (3ème étampure)




4 (ph. 17) Agrandissement du détail de la garniture sur le quartier et le talon externes de l'antérieur droit, vu de face :











5 (ph. 18) Vue de dos des 2 antérieurs après brochage. Remarquer la garniture .


4 Agrandissement du détail de la garniture sur le quartier et le talon externes du même pied, vu de dos :





Onguent n°1, 2 fois par jour, sans emmailloter les pieds.

Marche sur route 2 fois 10 minutes le premier jour, en ajoutant 2 fois 10 minutes chaque jour et quelques minutes de trot à partir du 4 ème jour.

A suivre : 3ème étape, le 16.12.93 ...


© Copyright Catherine Castel